Report Hellfest 2022 – Les nouveautés sur le site (et autour)

Report Hellfest 2022 – Nouveautés sur le site (et dans les environs)

Report : Gaël HERVE

Photos : Gaël HERVE pour France Metal

 

Après 3 années de disette, il va sans dire que cette édition était très attendue.
Cette édition ? Plutôt ces éditions, car depuis 2021 la production du festival avait décidé de rentabiliser la partie montage/démontage des scènes en organisant non pas une mais deux éditions coup sur coup deux weekends de suite.

Un excellent calcul, à la fois financier (car la seconde édition affiche de facto des couts de montage de structure quasi nuls) et pour les festivaliers puisque chaque édition affiche sold-out en moins d’une heure, il va sans dire que les pass de ces deux éditions ont tous trouvé preneurs. Même si rappelons le, le festival avait souhaité récompenser les détenteurs de billets du premier weekend en leur offrant un accès privilégié à la vente des pass du second. « Hérésie, injustice » avaient criés certains. Le point de vue du festival était plutot de récompenser ceux qui leur avaient apporté un soutien en trésorerie en conservant leur billet là où un remboursement était possible.

Après quelque temps passé à se demander si les conditions sanitaires seraient enfin réunies ou pas, les nuages se sont dispersés et les travaux de montage ont pu débuter au mois d’avril. Dès lors, nous savions que de jolies surprises nous attendraient dans la sainte enceinte mais un minimum de confidentialité a pu être respecté jusqu’à l’ouverture des portes et c’est donc avec des yeux de gamins qu’on a pu découvrir le nouveau terrain de jeux.

 

A l’extérieur du site

Avant même de pénétrer sur le site, un grand chambardement était annoncé. Celui du stationnement, et du camping pour ceux qui dorment dans leurs vans/voitures/camping cars. Car en effet, pas question cette année de créer une zone d’anarchie dans Clisson durant 11 jours.

D’immenses terrains au nord ouest de Clisson ont ainsi été acquis, défrichés (dévignés plutôt) et aménagés en un parking dont il s’est dit qu’il était le plus grand de France (confirmé par Disneyland Paris !).
Situé à près de 3 km de l’entrée, un service de navettes à donc été prévu pour effectuer des rotations en continu et permettre aux festivaliers d’aller et venir comme bon leur semblait. On verra que cela ne fut pas si simple.

Photo (c) HSM – Actu.fr

Toute cette nouvelle organisation, au delà de susciter d’innombrables questions aux festivaliers, surtout anxieux à l’idée de changer certaines habitudes, se sera plutôt bien mis en place et aura bien fonctionné. Jusqu’à un certain point.

En effet, comme on pouvait l’imaginer, il y a eu du monde. Beaucoup de monde. Trop de monde et du coup, même s’il y avait des navettes au parking ouest, il y avait à faire la queue pour la prendre. Et cette queue là, elle venait sans tortiller s’ajouter au temps nécessaire pour aller sur le site. Alors oui, un trajet de 5 mn c’est bien. Mais s’il faut d’abord attendre jusqu’à deux heures, celà peut susciter du mécontentement.

Et c’est ce qui s’est passé. Le festival rectifiera le tir en augmentant la voilure de navettes sur le second weekend (mais beaucoup de festivaliers étaient déjà installés au camping et d’autres échaudés avaient plus que limité leurs aller/retour. Toujours est-il que cela fonctionna mieux et c’est ce qu’il faut retenir.

Coté Est, à Gétigné, deux champs contigüs ont été également aménagés mais cette fois sans navette. Ils auront donc été moins pris d’assaut. Mais au final ce sont les seuls dont ou était certain du temps à mettre pour effectuer le trajet jusqu’au site (environ 25 mn à pieds).

La marche depuis le parking Est

 

 

De ce côté, le point noir c’était que des navettes passaient le soir au milieu des festivaliers (pas toujours très clairs) sur la route de Gétigné, sans qu’on comprenne trop ce qu’elle faisaient là puisque la circulation était fermée et que le trajet navettes ne desservait que l’est. Du coup sans surprise on déplora un accident avec un piéton. Rectification le second weekend avec l’apport d’un groupe électrogène et d’un éclairage au niveau du pont derrière les mainstages. Plus de peur que de mal mais on n’a toujours pas compris pour quoi des navettes circulaient (et beaucoup trop vite) sur cette portion de route à l’Est en pleine nuit …

Coté parking en revanche, rien à redire, il y avait de la place, c’était relativement calme, éclairé la nuit, il y avait des toilettes et des poubelles et le tout était nickel chaque matin. Bravo aux équipes de nettoyage qui font le sale boulot dans l’ombre pour la meilleure expérience festivalier.

Metal Corner

Une fois passé l’installation de la voiture, direction la zone camping pour le jeudi soir, traditionnelle soirée de retrouvailles avec les amis dont certains habitent trop loin pour qu’on les ait vus depuis 3 ans. Direction la zone du Metal Corner qui affiche beaucoup de changement !

En bref:

  • Exit les tentes « Party Tent et Fury Tent » dont l’espace est repris en grande partie par la nouvelle scène du Metal Corner
  • Une nouvelle scène Metal Corner bien plus grande et avec un sol en dur qui passe coté droit en allant vers le camping
  • Modification de l’agencement de l’espace Fan Club Hellfest Cult qui passe lui aussi de l’autre coté à gauche, peu ou prou là ou se trouvait l’ancienne scène Metal Corner. Moins de scnène ici et plus d’activités relaxantes annexes, comme par exemple la possibilité de recevoir des massages sur site.
  • Nouvelles terrasse couvertes de parasols (Ricard, Jack Daniels etc)

Quelques photos de l’espace Metal Corner et Hellfest Cult.

 

Pour le reste l’accès depuis le Hell City Square reste à peu près le même, le passage de la rue du Piteau se fait toujours à plat (à chaque fois on ne peut s’empêcher de repenser à la foutue passerelle de 2014 !).

Une fois de l’autre coté de la scène Metal Corner, là encore on retrouve ses petites habitudes avec les stands des restaurateurs, le merchandising et bien sur l’accès au camping festivaliers.

L’accès au camping, inchangé depuis maintenant quelques années

Espace concerts

Il faudra attendre le vendredi matin et l’ouverture officielle de l’espace concert pour venir apprécier pleinement de toutes les nouveautés du site version 2022. Et il y en a. Même si certaines avaient déjà été dévoilées (telle que la nouvelle sculpture à l’entrée du « kingdom of Muscadet ») il en restait un certain nombre à découvrir. Et d’ailleurs, les avez vous vous mêmes remarquées ? Car certaines étaient plus visibles que d’autres.

L’espace Cathédrale

La première chose que l’on remarque en arrivant sur le site, ou plutot même avant de rentrer c’est bien entendu l’immense parvis de la cathédrale. En 2019, ce dernier avait vu un nouveau corbeau en métal trôner juste avant les contrôles de puces. Force est de constater qu’il a de nouveau disparu cette année. Décidément, le Hellfest et ses corbeaux, c’est un amour vache. Que peut-il bien se tramer cette année encore ?

La grande nouveauté sur le parvis, c’est le durcissement des murets latéraux façon maçonnerie gothiques avec l’appartion de belles ogives en arc brisé sur les cotés et de vitraux les habillant. Exit donc la fresque rouge à la gloire des héros du metal, place au culte du Dieu Hellfest. Sur les côtés, des poteaux en maçonnerie et des panneaux de métal ajourés par des découpes des différents logos Hellfest.

La cathédrale elle même fait l’objet d’une très belle mise en lumière avec éclairage de façade variant et des projecteurs façon 20th Century Fox qui éclairent la voûte céleste à la nuit tombée.

Altar et Temple

Ce n’est pas le plus gros des chamboulements mais le sol des Tentes dédiées aux musiques metal extrême (death, black, etc) a été goudronné. Vous me direz ok, c’était déjà le cas de la Warzone et des deux Mainstages. Eh bien sachez que maintenant il ne reste plus que la VALLEY qui n’a pas son goudron. Pourquoi ? Soit parce que le marécage fait partie de l’esprit « bayou » propre à certains styles musicaux qu’on y écoute, soit parce que le béton c’est pas top pour faire pousser les cannabinacées, soit peut-être un aveu à demi-mots du projet de déplacement de cette scène dont on dit depuis plusieurs années déjà qu’elle pourrait bien aller rejoindre la Warzone du côté des vignes. Et il se dit aussi que du côté des tracatations pour acquérir lesdites vigne, ça négocie dur. Du coup, une année encore avec une VALLEY inchangée et une ALTAR et une TEMPLE avec un beau goudron tout neuf.

Et surprise, ce goudron s’est avéré rester bien frais en période de canicule, ce qui ne fut pas sans servir à raffraichir quelques festivaliers harrasés par la canicule du 1er weekend.

en revanche, sans surprise, la VALLEY s’est transformée en marécage après les pluies du vendredi soir et du samedi matin du second weekend.

A la vie à la mort

Ce titre ne vous dit peut-être rien, pas plus que « la vanité noire ». Le nom de Philippe Pasqua vous est peut-être inconnu ?
Eh bien sachez qu’il s’agit du sculpteur à qui l’on doit les oeuvres sur le thème du crâne aux papillons (il y en a un peu partout au Hell City Square, dans la piscine du VIP, à Hellfest Productions …

Cette oeuvre n’est pas vraiment une surprise puisqu’elle avait déjà été dévoilée à la presse et au public avant même la fermeture du site au public en avril pour les débuts du montage. Il s’agit d’une allégorie de la vie et de la mort, matérialisée par un crâne / visage qu’on peut apprécier des 2 côtés. Visage complet d’un côté, crâne ouvert de l’autre, et un état transitionnel face à la statue qui invite à la réflexion sur la vie, la mort et notre caractère éphémère.

Sculpture de P.Pasqua (de jour puis de nuit)

The Kingdom of Muscadet

L’espace qu’on appelai « le petit bois » il y a encore 7 ou 8 ans a bien changé. Devenu un bel espace d’ombrage et de promenade, il a aussi cessé de servir de pissotière à ciel ouvert et de ceci on ne peut que se réjouir. A présent sur le chemin de la belle Warzone telle qu’elle existe depuis 2016 et les travaux d’agrandissement, le « Kingdom of Muscadet » donne aussi accès au bar à vins et à l’espace restauration supérieur ainsi qu’à la statue de Lemmy Kilmister.

Un immense portique trône depuis fort longtemps à l’entrée de ce bois, jusqu’à la dernière édition surmonté d’un fronton sculpté, l’ensemble étant l’oeuvre du sculpteur Jimmix qu’on ne présente plus (à qui l’on doit la guitare, le scorpion, l’ancienne statue de Lemmy  et ce portique d’accès au bois donc).

Hé bien l’aurez vous remarqué, le vieux fronton n’est plus, donnait-il comme la statue de Lemmy des signes de viellissement ? Toujorus est-il qu’il a été remplacé par une cage dans laquelle des squelettes s’adonnent à un banquet en l’honneur du dieu du Vin Dyonysos (ou Bacchus si vous êtes plus romains que grecs). On doit avouer que la fiesta la haut a l’air d’être mémorable. Cette nouvelle structure est elle aussi réalisée par Jimmix, on espère qu’elle supportera avec force les aléas climatiques à venir.

La renaissance du corbeau

Vous aurez sans doute remarqué la disparition du corbeau en métal qui accueillait les festivalier en 2019 juste devant le parvis de la cathédrale ? Il n’a pas été repositionné à cet endroit, ni même ailleurs sur le site.

En revanche, peut-être avez vous remarqué son successeur ? Car ce dernier se trouvait entre l’espace restauration « Hell Food Court » et le « Kingdom of Muscadet », sur une poutre au niveau de l’accès central. Un magnifique oiseau de près de 6 mètres de long trônant fièrement sur le site et semblant veiller sur celui-ci telle une sentinelle ou bien prêt à s’envoler, c’est selon.

A noter que vu son emplacement on peut totalement passer à côté et on peut aussi le voir depuis les bars des tentes Altar/Temple, les bars au scorpion. Il apparait alors semblant surgir du bois par le haut.

Une nouvelle statue de Lemmy Kilmister

S’il y a bien une nouveauté dont on connaissait l’existence tout en n’ayant pas vu fuiter de photos, c’est bien celle destinée à remplacer le monument hommage à Lemmy Kilmister qui avait été mis en place à l’occasion de l’aménagement de la nouvelle Warzone au printemps 2016. Le célèbre chanteur charismatique de Motörhead était décédé fin décembre 2015, seulement quelques mois après son dernier concert à Clisson, au Hellfest ce festival qu’il aimait tant.

La statue de 2016 était l’oeuvre de Jimmix, connu par ailleurs pour ses nombreuses oeuvres et sculptures pour le festival. Malheureusement avec le temps et les intempéries, les matériaux avaient commencé a donner de sérieux signes de faiblesse. Aussi devant le risque de la voir peu à peu se désagréger il a été préféré la remplacer par une nouvelle sculpture en rupture avec la précédente.

Le chantier fut confié à la sculptrice Caroline Brisset et le résultat est incroyable : un Lemmy aérien haut de 12 mètres, en métal, semblant flotter en l’air, ses membres inférieurs se confondant avec le ciel au travers de lignes verticales qui semblent effacer le personnage. Le rendu est saisissant, la statue est même dotée de la capacité de fumer !

Le jeudi soir, à l’issue de la performance de Scorpions (dont Mikkey Dee, ancien membre de Motöhead est aujourd’hui le batteur), une cérémonie d’inauguration a eu lieu en présence de Mikkey Dee justement et de Phil Campbell, deux anciens acolytes de Lemmy dans Motörhead. Lors de cette cérémonie, Phil a annoncé qu’une partie des cendres de Lemmy serait placée au pied de la statue afin qu’un peu de Lemmy soit pour toujours avec nous sur les terres de ce festival qu’il affectionnait particulièrement. Un moment émouvant bien que vécu pour beaucoup de loin au milieu de la foule en regardant les écrans géants. La créatrice de l’oeuvre était présente sur le site avec les deux musiciens pour présenter son oeuvre.

En synthèse

Après 3 ans et malgré le manque de rentrées d’argent du fait des deux éditions reportées en 2020 et 2021, le festival a tout de même réussi le pari de nous surprendre et d’investir une nouvelle  fois pour son esthétique et au trevers d’elle l’expérience immersive du festivalier. Si le site en lui-même n’a pas énormément changé depuis 2019 et l’aménagement du Hell Food Court, on notera de belles sculptures qui viennent s’ajouter ou remplacer d’anciennes ainsi que des réaménagements venant améliorer le confort de chacun :

  • une nouvelle statue pour Lemmy de 12 m de haut, signée Caroline Brisset
  • un nouveau fronton pour le portail du Kingdom of Muscadet signé Jimmix
  • une scuplture « à la vie a la mort » de P.Pasqua juste derrière ce portail
  • un nouveau corbeau manufacturé par une entreprise de Dordogne et remplaçant les précédents
  • le goudronnage des sols sous les tentes Altar et Temple
  • une refonte de l’espace Metal Corner, Cult et terrasses
  • la création de grands parkings à l’extérieur de Clisson avec mise en place de navettes à l’Ouest

Et bien sur on n’oublie pas de mentionner les équipementiers et artistes qui travaillent depuis des années avec le festival tels que Moniclamouche (pyrotechnies, mobilier, caissons …) , Madneom (papillons, hellfoodcourt fountain, brasier, hellfresh …) , JF Buisson (horloge) etc.

On concluera cet article sur cette vue de la grande roue dont on ne se lasse pas et qui montre l’étendue des aménagements et structures du festival.
On vous dit à l’année prochaine.

Vue générale du site depuis le haut de la grande roue


Galerie photos